ECO HABITAT GROUPE

Précisions éventuelles réponse concertée
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ?
1 Mobiliser les initiatives citoyennes « Le Mouvement doit lier les habitants et les acteurs de l’habitat participatif » OUI, c’est l’objectif premier

2 Inspirer le plus grand nombre : « Notre vocation, c’est de renouveler la façon de faire la ville.
C’est une conséquence (mais pas un objectif) à laquelle peuvent contribuer tous les réseaux

3 Partager les ressources techniques : « La Coordin’action doit être un lieu ressource, notamment via l’observatoire juridique et financier ».
Nous avons à partager toutes les ressources et pas seulement techniques et financières, il y a surtout les ressources humaines les outils peuvent être constitués avec des partenaires

4 Innover pour un mouvement en constante réinvention : « La Coordin’action a vocation à favoriser l’innovation et a se positionner en agitateur d’idées »
C’est aussi une conséquence (et pas un objectif en soi)

5 Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif « La Coordin’action doit être à l’initiative de ponts entre les réseaux »
Selon la réponse à la question « Mouvement des habitants ou Mouvement de l’HP ? » Il s’agit de fédérer tous les acteurs ou seulement les habitants et d’être à l’initiative de ponts entre les réseaux.
C’est à la fois un objectif et un choix stratégique
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) les orientations les plus importantes sont la 1 et la 5 puis la 3, les autres en découlent.
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? Accord avec les 5 actions proposées
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ?
La Coordin’action étant composée d’associations nationales, régionales et locales, elle s’adresse obligatoirement à elles.
Celles-ci étant elles-mêmes composées des groupes et futurs habitants elle s’adresse donc aussi à eux.

QUI PARTICIPE ?

Les groupes et futurs habitants sous la forme de chantiers élaborés et approuvés par la Coordin’action.
Ceux-ci peuvent appeler d’autres partenaires invités pour leurs compétences et ou leur expertise. C’est le travail fourni autant que la représentation qui est pris en compte.
Les invités peuvent être des professionnels s’ils respectent la charte de la Coordin’action.
Des partenaires peuvent aussi participer à des chantiers communs.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? QUI ADHERE ET SOUS QUELLE FORME ?
Oui à une adhésion de type fédérale.
Peuvent adhérer les associations d’habitants locales, régionales nationales et les groupes en projet ou installés et les individus isolés . Tous sont appelés à rejoindre en même temps une association locale.
L’adhésion est à a fois locale et nationale, elle est validée par la Coordin’action.
Les associations composées uniquement de professionnels ont un statut d’associés et n’ont pas de voix délibérative. Elles sont également appelées à s’associer ou participer à une association locale ou régionale
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ?
Nos partenaires sont consultés, ils n’ont donc pas de voix délibérative. Si il y a plusieurs collèges d’adhérents : les associations et les collectifs ou groupes en projet ou réalisés ce sont eux qui ont les voix délibératives.
  • Le consensus est recherché et une règle est à établir quand il n’est pas atteint.
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ?
Les ressources à mobiliser sont les outils numériques devenus incontournables. Ils peuvent être constitués et partagés en partenariat avec contributions réciproques
Le plan de communication sera déterminé selon la composition de la Coordin’action / du Mouvement.

Avec quels moyens financiers et humains ?
Les finances sont actuellement celles de nos réseaux partenaires collectivités bailleurs sociaux état.
Un appel au plus grand nombre peut être lancé (peut-être plus sur des chantiers précis que sur le fonctionnement).
La fédération des ressources est liée à la fédération des réseaux
Pour les ressources humaines il est nécessaire que des salariés soient partis prenantes et que des bénévoles assument les responsabilités de la bonne marche de l’association.
Si vous souhaitez apporter une autre contribution / suggérer une autre question
> Le questionnaire permet de revisiter les différents lieux de la vie associative, les composantes actuelles de la Coordin’action actuelle. Nous souhaitons que soit bien identifié quelles sont les composantes des composantes, c’est-à-dire quelles parties prenantes ils rassemblent car cela indique qui est associé à la gouvernance et plus largement qui est appelé à contribuer. Ainsi s’éclairera « QUI sommes-nous ? »

Pour EHG, depuis sa création il y a 40 ans en tant que « mouvement »,
  • > QUI = les groupes d’habitants.
Voilà la pierre angulaire du « mouvement » déjà voulu alors et remis en perspective ces mois et années prochaines.
Mais les autres parties prenantes ne sont pas exclues : les regards de professionnels, d’universitaires, etc. sont bienvenus. Principe : PAR ou AVEC les groupes habitants. Problème : s’ils ne sont pas mobilisés, le risque est de faire SANS. D’où une condition posée par EHG, quel que soit la structuration (échelles, adhésions, ..) qui suivra ce questionnaire et la rénovation-refondation en cours :
> dans les différentes instances, garantir qu’elles ne se gouvernent pas SANS les groupes d’habitants, que ce soit par implication directe de personnes émanant de groupe, ou par représentation indirecte via des mandats clairs à un carrefour ou à un collège ou à un collectif ou à une association de groupes d’habitants.

Cette garantie liée aux règles associatives (ou coopératives) est le volet formel du « mouvement ». Le volet essentiel est la dynamique volontaire des groupes conscients de leur appartenance et de leur contribution à leur « collectif des collectifs ». De même que l’habitat participatif, le mouvement se définit par la pratique, pas par les étiquettes ou les proclamations.
Or il y a de multiples pratiques d’échanges, de soutien, de mutualisation entre groupes, notamment à travers les visites. Il y a un effet-« ruche » butinant les retours d’expérience, mais quasi-invisible et sans traces, sans « miel » …La conscience de ces appuis de pairs à pairs reste faible, alors qu’elle est l’une des conditions de réussite des projets et de leur durabilité. Quasiment tous les groupes témoignent du fait qu’en évitant l’isolement ils ont limité les écueils, les tensions, les banalisations…Donc le mouvement inter-groupes est une richesse, cependant trop souvent :
leur environnement les traite comme des ilots sans voir l’archipel : les couper des échanges avec d’autres groupes avec qui partager questionnements et innovations est contraire à l’intérêt des groupes ; répéter qu’ils n’ont pas le temps est parler à leur place ce qui leur est préjudiciable.
leur environnement considère leurs manques donc tend à leur fournir des réponses plus ou moins descendantes sans valoriser leurs ressources pour des démarches « bottom-up ».

Donc laisser le potentiel contributif des groupes en friche parce que leurs pratiques sont un travail invisible ou supposées naturellement innées, sans besoin de valorisation et de soins, serait couper l’herbe sous le pied du mouvement. C’est pourquoi EHG :
> propose que l’ensemble des choix traités ci-après soient arbitrés dans le sens de la lisibilité et de la simplicité pour les groupes, afin de favoriser leur appropriation de leur mouvement, ouvert et pluriel.
> souligne que cette approche va amplifier les contributions des groupes soit en temps engagés (via leurs membres s’impliquant dans les fonctions d’ambassadeurs, de référents, …) soit en argent (à travers les cotisations et même à travers leur recherche de mécénats de proximité1). Un calcul indicatif national pour viser 100 000 € :
  • - Cotisation : si 300 groupes X 50 € = 15000 €
  • - Mécénat : si 25 groupes aboutissant dans une année sollicitent 5 des entreprises réalisant des lots dans leur immeuble, qui acceptent de donner chacune 750 € (coût restant à leur charge après réduction fiscale : 300 €) alors 93 750 €…
Personne contact cecile VIALLON
EcoHabitatGroupe2 (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 29.05.2018 à 18:02